13 octobre 2017

Vive l'APL : l'APF rejoint le collectif

APF, collectif, vive, APL

L’APF vient de rejoindre cette semaine le collectif «Vive l’APL» qui regroupe plus de 65 organisations, pour dénoncer la réduction de 5 € du montant mensuel de l’APL depuis le 01/10/2017, et la réforme inscrite dans le projet de loi de finances 2018.

Cette réforme prévoit une réduction de 1,7 milliard d'€uros du montant des aides personnelles au logement en 2018, tout en préservant - selon le gouvernement - le pouvoir d’achat des allocataires et en améliorant l’accès au logement des plus modestes. En particulier, une réduction de loyer de solidarité (RLS) sera créée dans le parc social au bénéfice des locataires les plus fragiles : les allocataires qui verront leur APL réduite seront plus que compensés par une réduction de loyer de solidarité. 

Ce collectif a déposé un recours devant le Conseil d’Etat cette semaine et organise ce samedi 14 octobre des manifestations en région (rejoignant tardivement ce collectif, il est difficile pour l'APF d’y participer).

Cette participation à ce collectif s’inscrit en complément de notre mobilisation actuelle sur les ressources et notamment avec la pétition que nous vous invitons à largement diffuser et signer ! 

Source : Direction développement associatif et politiques d’inclusion - APF

 

01 août 2017

Réduction des APL de 5 € par mois : une décision qui aggraverait la pauvreté des personnes en situation de handicap

L’APF est particulièrement inquiète suite à l’annonce de la réduction de 5 € par mois des Aides Personnalisées pour le Logement (APL) à partir du 1er octobre 2017.

Cette mesure injuste impacterait les ménages les plus modestes dont des centaines de milliers de personnes en situation de handicap et leurs proches.

En effet, de nombreuses personnes en situation de handicap vivent sous le seuil de pauvreté : travailleurs pauvres, bénéficiaires de minimas sociaux (AAH ou RSA) ou de petites pensions d’invalidité. Diminuer ces aides de 5 € par mois à des personnes vivant déjà largement sous le seuil de pauvreté, c’est aggraver leur précarité et supprimer les maigres revalorisations de l’AAH et des pensions d’invalidité obtenues ces 3 dernières années.

L’APF regrette cette mesure qui frappe sans distinction et, au final, impacte les ménages les plus modestes.

L’association demande donc au gouvernement de cesser cette injustice et de lever cette menace pour les personnes en situation de handicap précaires ...

Suite du communiqué à télécharger ICI. 

Source : Direction de la communication et du marketing - APF