09 septembre 2017

Baisse des contrats aidés : l'APF alerte le gouvernement sur le préjudice de cette mesure

Le gouvernement vient d'annoncer la restriction du nombre de contrats aidés dès cet été, dans un objectif de diminution budgétaire.

Alors que le chômage touche durement les personnes en situation de handicap, et qu'au moins 150.000 personnes handicapées sont en contrats aidés, cette décision risque de peser lourdement sur le retour à l'emploi de ces personnes.

Aujourd'hui, le chômage touche 500.000 personnes en situation de handicap, avec un taux de chômage deux fois supérieur à la moyenne. Leurs difficultés sont multiples : ancienneté dans le chômage, niveau de formation et de qualification ...

Pourtant en 2016, 12 % des contrats aidés ont concerné des personnes en situation de handicap. Sans être une "solution miracle", ces contrats ont un réel effet favorable pour l'emploi des plus vulnérables.

Considérant les conséquences dramatiques de la décision du gouvernement, l'Association des Paralysés de France a interpellé la Ministre du Travail ce lundi 21 août 2017. Suite à cette diminution du nombre de contrats aidés, nous nous interrogeons en effet sur les perspectives de retour à l'emploi et d'insertion professionnelle des personnes en situation de handicap. Nous pensons également que l'avenir du fonctionnement d'associations qui recrutent sous la forme de contrats aidés est remis en question. Enfin, nous nous interrogeons sur l'impact de cette décision sur le recrutement en contrats aidés d'auxiliaires de vie scolaire prévu par le gouvernement dès la rentrée 2017.

Pour lire le courrier adressé au Ministre du Travail, cliquez ICI.

Source : www.apf.asso.fr

11 août 2017

Annulation des dotations 2017 aux collectivités locales : l'APF, inquiète, interpelle le Premier Ministre

L'Association des Paralysés de France vient d'interpeller le Premier Ministre, suite à la décision d'annuler par décret 300 millions d'euros de dotations aux collectivités locales pour l'année 2017. Celles-ci sont notamment utiles aux communes pour la réalisation des travaux d'accessibilité.  

Bien que conscients de la préoccupation de maintenir un équilibre budgétaire, l'APF a souhaité alerter le gouvernement sur les conséquences de cette mesure. En effet, l'annulation de ces dotations entraînera le report voire l'annulation de travaux pour la mise en accessibilité des installations ouvertes au public, comme c'est le cas pour la commune de Voivres dans les Vosges (voir le reportage). 

Ces travaux étant généralement subventionnés, les collectivités locales risquent, faute de soutien, de ne pas les réaliser dans les délais prévus par les Ad'Ap. Le dispositif des Agendas Accessibilité Programmée prévoit en effet, pour les communes, d’obtenir un délai supplémentaire de 3 à 9 ans pour ces travaux. L'échéance du premier délai de 3 ans est fixée à la fin du mois de septembre 2018. 

L'APF demande au gouvernement, au contraire, d'impulser et de soutenir ces collectivités engagées dans la mise en accessibilité de leurs bâtiments.

Source : www.apf.asso.fr

01 août 2017

Réduction des APL de 5 € par mois : une décision qui aggraverait la pauvreté des personnes en situation de handicap

L’APF est particulièrement inquiète suite à l’annonce de la réduction de 5 € par mois des Aides Personnalisées pour le Logement (APL) à partir du 1er octobre 2017.

Cette mesure injuste impacterait les ménages les plus modestes dont des centaines de milliers de personnes en situation de handicap et leurs proches.

En effet, de nombreuses personnes en situation de handicap vivent sous le seuil de pauvreté : travailleurs pauvres, bénéficiaires de minimas sociaux (AAH ou RSA) ou de petites pensions d’invalidité. Diminuer ces aides de 5 € par mois à des personnes vivant déjà largement sous le seuil de pauvreté, c’est aggraver leur précarité et supprimer les maigres revalorisations de l’AAH et des pensions d’invalidité obtenues ces 3 dernières années.

L’APF regrette cette mesure qui frappe sans distinction et, au final, impacte les ménages les plus modestes.

L’association demande donc au gouvernement de cesser cette injustice et de lever cette menace pour les personnes en situation de handicap précaires ...

Suite du communiqué à télécharger ICI. 

Source : Direction de la communication et du marketing - APF

17 juillet 2017

Pour que la solidarité soit une vraie priorité ...

logo collectif aleerte.JPG

A l'heure où s'ouvrent les discussions sur la programmation des finances publiques, le collectif ALERTE, dont l'APF fait partie, demande à ce que la lutte contre la pauvreté et l'exclusion soit une priorité du nouveau quinquennat.

Déçu et inquiet de l'absence de ce thème dans les discours du président de la République et du Premier ministre, le collectif demande une vision et un plan d'action engageant le gouvernement pour une politique globale, interministérielle, promouvant l'accès de tous aux droits de tous. 

Le collectif ALERTE rappelle qu'il s'agit d'une obligation internationale pour la France, qui a signé les objectifs de développement durable, dont l'éradication de la pauvreté en 2030 est la priorité numéro un. 

Une obligation au cœur de l'actualité internationale, alors que se tient actuellement à l'ONU, le Forum politique de haut niveau sur le développement durable, sur le thème de "l'éradication de la pauvreté et la promotion de la prospérité dans un monde en mutation". 

Téléchargez le communiqué de presse.

Source : www.apf.asso.fr

13 juillet 2017

Participez au projet de loi rétablissant la confiance dans l'action publique !

loi, confiance, action, publique

Alors que la loi visant à rétablir la confiance dans l'action publique est particulièrement attendue, une grande consultation vient d’être lancée sur la plateforme numérique "Parlement & Citoyens", plateforme de l’association du même nom dont l’APF fait partie, afin d’associer les citoyen.ne.s à l’élaboration de cette loi.

Une initiative des sénateurs Joël Labbé et Henri Cabanel qui ont considéré qu’il était inimaginable de tenir les citoyennes et citoyens à l’écart. Ils ont également appelé l’ensemble de leurs collègues parlementaires, et en premier lieu les rapporteurs, à incarner le renouveau des pratiques que porte le texte en associant les citoyens à son élaboration. 

Les citoyen.ne.s sont invité.e.s à enrichir le projet de loi jusqu'au 24 juillet autour des thématiques suivantes : transparence du financement de la vie politique, prévention des conflits d’intérêts, définition d’un statut de l’élu et d’un collaborateur d’élu, exemplarité des responsables publics, et renforcement de la place des citoyens dans la définition de l’action publique. 

La Garde des Sceaux, Madame Belloubet, a confirmé mardi, lors de son audition en Commission des Lois du Sénat, qu’elle était favorable à ce processus consultatif et qu’elle serait donc susceptible d’y participer. 

Téléchargez le communiqué de presse.

Source : www.apf.asso.fr