21 avril 2017

Compensation du handicap : Les candidats aux élections présidentielles font l’impasse sur la priorité numéro un des personnes en situation de handicap !

 A quelques jours du premier tour des élections, l’APF fait le constat que le droit à compensation inspire peu, voire pas du tout, les candidats à l’élection présidentielle ! 

Dans l’enquête Ifop-APF «Conditions de vie, aspirations et intentions de vote», une meilleure prise en charge pour compenser les situations de handicap est l’objectif prioritaire cité par les personnes en situation de handicap pour améliorer leur quotidien.

Le droit à compensation est l’un des piliers majeurs de la loi handicap de 2005, il prévoit que toutes les personnes en situation de handicap ont droit à la compensation des conséquences de leur handicap quels que soient l'origine et la nature de la déficience, l’âge de la personne ou son mode de vie.

Aujourd’hui, l’APF déplore de nombreux dysfonctionnements dans l’application du droit à compensation. De nombreuses lacunes sont constatées : des tarifications insuffisantes de la PCH qui occasionnent des restes à charge et même de lourdes augmentations ces dernières années, des plans d’aide qui sont diminués sans modification de la situation des personnes, une pression forte des départements devant l’augmentation de ces dépenses, une initiative du gouvernement qui, au lieu de revaloriser les tarifications, propose une «mise en commun» de toutes les aides (humaines, techniques, transports, aménagement logement, véhicule !!!) au mépris du principe fondamental de la PCH : son caractère individuel !

A l’occasion de l’élection présidentielle, Faire Face, le bi-média du handicap moteur édité par l’APF, a publié une série de témoignages vidéo de personnes en situation de handicap. Plusieurs d’entre eux rencontrent des difficultés liées à une compensation du handicap insuffisante, comme Ricardo, Sarah et Isabelle. 

Ces témoignages illustrent les situations d’urgence dans lesquelles se trouvent ces personnes et démontrent que le droit à compensation comporte de fortes lacunes et de nombreux dysfonctionnements. 

C’est pourquoi, l’APF demande le respect du principe fondamental de la PCH : son caractère individuel, elle demande un élargissement immédiat des besoins couverts par la prestation et la revalorisation immédiate de la tarification de tous les besoins. L’APF appelle à terme, à la création du «risque autonomie» qui devra financer l’intégralité des besoins et l’intégralité des dépenses effectuées par les personnes au titre des aides à l’autonomie, quelle que soit l’origine de la situation de handicap et quel que soit l’âge. 

Cette revendication pour la création du «risque autonomie», rejoint les demandes du collectif «Une société pour tous les âges» dont l’APF fait partie, qui, au-delà des principes pour un droit universel et intégral à la compensation des conséquences d’une situation de handicap ou d’avancée en âge, attend des réponses opérationnelles pour la refonte de la gouvernance du système d’aides et de soins.

Retrouvez plus d’informations sur la compensation du handicap, sur le site de l’APF. 

Retrouvez l'intégralité du communiqué en cliquant ICI.

Source : Direction de la communication et du développement des ressources - APF.

 

20 avril 2017

Le vote des personnes en situation de handicap

logo ministère de l'intérieur.JPGLe Ministère de l'Intérieur formule quelques rappels sur le vote des personnes en situation de handicap.

Le choix du matériel et des bureaux de vote, l’affirmation du droit de vote des personnes souffrant d'un handicap mental, la possibilité de se faire accompagner, l'envoi de la propagande à domicile, le vote par procuration, etc .... Retrouvez toutes les indications du Ministère de l'Intérieur ICI.

Source : Le blog pour une accessibilité universelle - APF

17 mars 2017

RESULTATS DE LA GRANDE ENQUETE IFOP

IFOP.png

L'APF a lancé en février dernier, avec l’Institut d’opinion IFOP, une grande enquête en ligne pour connaître l’opinion des citoyennes et citoyens en situation de handicap à l’occasion de l’élection présidentielle et des législatives.

Avec cette enquête, l’APF veut faire un état de lieux des conditions de vie, aspirations et intentions de vote des personnes concernées par le handicap.

4850 personnes ont participé à l'enquête, dont la quasi-totalité a répondu les dix premiers jours.

Près des trois-quarts des répondants sont des personnes directement concernées par un handicap de longue date (moteur pour la moitié d’entre elles, maladie invalidante pour un tiers), l’autre quart des répondants étant des personnes "proches" (parents, frères, sœurs, etc …). 

Retrouvez les résultats de l'enquête Résultats IFOP.pdf

Changeons de cap !

Suite à cette enquête, l’APF lance ses propositions "2017-2022 Changeons de cap !" afin d’agir pour une société inclusive et solidaire, basée sur la reconnaissance et l’effectivité de tous les droits fondamentaux.

Pour connaître les 5 mesures phare et les 40 propositions de l'APF pour une société inclusive et solidaire : Propositions APF 2017-2022 VF.pdf

Elections 2017 : Faire Face donne la parole aux citoyennes et citoyens en situation de handicap

Dès le 23 mars, et pendant un mois jusqu’au premier tour de l’élection présidentielle, Faire Face, le bi-média édité par l’APF, va publier sur son site www.faire-face.fr des témoignages vidéos de personnes en situation de handicap sur leurs difficultés et leurs attentes pour l’avenir. Ressources, accès aux soins, emploi, compensation, accessibilité, éducation, place en établissement, … : elles diront leur quotidien à travers une quinzaine de thèmes abordés. 

Source : Direction de la communication et du développement des ressources - APF

09 novembre 2016

#2017 AGIR ENSEMBLE

2017.jpg

A quelques mois des élections présidentielles et législatives de 2017, l’APF lance sa plateforme collaborative #2017Agirensemble : www.2017agirensemble.fr, ouverte à toutes et tous, pour   co-construire les propositions que l’association portera auprès des candidats de ces élections.

L’association est convaincue que le vécu de chacune et chacun constitue une expertise en soi et que la mise en commun de ces expertises permettra de dessiner les contours de la société solidaire et ouverte à tous dans laquelle chacun trouvera sa place.

Concrètement, la plateforme www.2017agirensemble.fr propose, à partir de problèmes partagés par tous, des causes et des solutions sur une dizaine de thématiques : droits, logement, mobilité, santé, loisirs, éducation, vie familiale, vie affective et sexuelle, emploi et ressources.

Chacune et chacun, après s’être inscrit sur la plateforme, pourra voter sur les propositions, les compléter ou en faire de nouvelles. Les contributions peuvent aussi être collectives.

Cette mobilisation, d’une ampleur sans précédent s’étendra jusqu’aux élections législatives.

Toutefois, une synthèse des contributions sera réalisée au premier trimestre 2017, et soumise aux candidats à l’élection présidentielle.

L’APF invite donc toutes les citoyennes et tous les citoyens, mais aussi toutes les associations et organisations à proposer leurs solutions en faveur d’une société inclusive et solidaire.

#2017AgirensembleAgir afin de porter, ensemble, un projet de société dans laquelle chaque personne quels que soient ses capacités, ses déficiences,son origine, son genre, son âge…a réellement une place et un avenir !

03 novembre 2016

PETITION POUR LA MISE EN ACCESSIBILITE DE LA DELEGATION APF DE L'ALLIER

 Communiqué de presse

A Moulins, les personnes en situation de handicap moins bien considérées que des pots de fleurs !

Signez la pétition en ligne !

La délégation de l’Association des paralysés de France (APF) de l’Allier se trouve aujourd’hui dans une situation ubuesque : la Mairie de Moulins lui refuse la mise en accessibilité de ses propres locaux !

Alors qu’aucun obstacle ne s’oppose à l’installation d’une rampe extérieure pour accéder aux locaux de la délégation, c’est un refus incompréhensible que la mairie adresse à l’association.

Depuis des mois, les nombreuses démarches et demandes de rendez-vous avec le maire de la ville, Pierre-André Périssol, restent sans effet. Pire, ce dernier, a envoyé les forces de l’ordre locales, jusqu’à deux fois par jour, pour demander à la délégation de retirer la rampe amovible de fortune ! Le fleuriste, voisin de la délégation, est lui plus chanceux, il dispose de deux rampes permanentes « indispensables pour sortir et rentrer les pots de fleurs » selon la Mairie.

Face à cette grave atteinte aux libertés fondamentales des personnes, l’APF, extrêmement choquée et en colère, lance une pétition pour faire respecter la mise en accessibilité de ce local !

La délégation APF, contrainte de déménager il y a quelques mois, a cherché en vain un local accessible. Elle a finalement porté son choix sur un local de plain-pied mais avec une marche à l’entrée et a déposé un dossier afin d’engager les travaux d’accessibilité, c’est-à-dire l’installation d’une rampe. Dès cet instant, la Mairie a refusé à la délégation la mise en accessibilité de ses locaux, alors qu’aucun argument technique ou architectural ne s’y oppose.

La délégation APF a donc installé une rampe amovible, mais la Mairie a sommé les forces de l’ordre locales de demander à la délégation de retirer sa rampe de fortune, jusqu’à deux fois dans la même journée !

Le comble est que le fleuriste, voisin de la délégation APF, possède lui deux rampes fixes « indispensables pour sortir et rentrer les pots de fleurs » selon la mairie… !

Entre outre, la mairie a osé affirmer à la délégation APF ne pas pouvoir accorder l’installation d’une rampe, car elle devrait alors «  l’accepter à tous les commerçants ». Un comble…

Les demandes de rendez-vous avec le Maire étant restées lettre mortes ou s’étant soldées par des échecs et face à cette situation de blocage pour la libre circulation des personnes en situation de handicap à la délégation, l’APF a décidé de lancer une pétition.

L’APF demande à M. Périssol de bien vouloir respecter l’obligation d’accessibilité et d’autoriser dans les meilleurs délais la mise en place d’une rampe extérieure définitive permettant l’accès à la délégation.  

L’APF a également saisi le Défenseur des droits pour lui faire part de cette situation ubuesque.

L’APF rappelle que l’accessibilité concerne des millions de citoyens : personnes en situation de handicap, personnes âgées, parents avec poussettes, blessés temporaires, livreurs, cyclistes, etc. Refuser la mise en accessibilité d’un bâtiment, c’est nier à toutes ces personnes, leur liberté de d’aller et venir.

Contact presse :

Evelyne Weymann : 01 40 78 56 59 – 06 89 74 97 37