Vos droits : MDPH, permanences associatives... - Page 8

  • permanence emploi

    tous les 3ème mecredis de chaque mois est organisée à la délégation APF du Val d'Oise entre 13h30 et 16h30 une permanence emploi animée par Monsieur Frédéric Massé et Monsieur Walter Salens.

    Si vous êtes à la recherche d'un emploi et en situation de handicap, Messieurs Massé et Salens peuvent vous aider à faire le point sur votre situation, vous donner des conseils sur la rédaction de votre curriculum-vitae et  de votre lettre de motivation, vous donner des conseils sur les entretiens avec de futurs employeurs.

    vous donner des informations et vous orienter vers les organisme de recherche d'emploi.

    n'hésitez pas à venir les rencontrer, pour cela il est impératif que vous preniez contact avec Mlle FERRERO Valérie, Chargée de mission cadre de vie à la délégation APF du Val d'Oise afin de convenir d'un rendez-vous au 01 30 10 60 64 ou par mail : cadredevie.apf95@yahoo.fr

    La prochaine permanence est le mercredi 18 novembre 2009 de 13h30 à 16h30.

    a bientôt

     

     

     

     

  • Concertation public PDU

    LE PDU C’EST QUOI ?

    La Région Ile-de-France compte plus de 11 million d’habitants dans un rayon moyen de seulement 50 km. Chacun, quelle que soit son statut social et sa situation géographique, doit pouvoir  facilement  aller d’un point à un autre du territoire, selon le mode de déplacement qui lui est propre, dans des conditions respectueuses de la santé et de l’environnement.

    Le plan de déplacement urbain d’Ile-de-France  (PDUIF) est un outil au service de cette ambition.

    Le PDU d’Ile-de-France est un document légal qui définit, noir sur blanc, les objectifs à atteindre et les actions à entreprendre pour organiser de façon durable les déplacements des Franciliens. Les mesures envisagées doivent permettre d’organiser le transport des personnes et des marchandises, la circulation et le stationnement. Mais ce plan intègre également des notions d’aménagement, indissociables des problématiques de transport.

    Ainsi, en plus d’améliorer la qualité de vie des franciliens et de tous ceux qui se déplacent en Ile-de-France, le PDU d’Ile-de-France contribue à l’attractivité de ce territoire dense et dynamique.

     

    LA DEMARCHE

    La démarche de concertation engagée par le STIF entrera dans sa phase active de septembre 2009 à janvier 2010. Le processus mobilisera alors différents moyens en fonction des publics dont le STIF souhaite recueillir l’avis :

    Ø  -un site internet à destination du grand public ;

    Ø  -un questionnaire soumis aux communes, agglomérations, départements et autre principaux partenaires du STIF ;

    Ø des temps de rencontre spécifiques (jeunes, quartiers, deux roues motorisés, automobile, périurbains) ;

    Ø des séminaires avec les représentants des agglomérations et des départements, ceux du monde économique et avec les élus.

     

    Cette démarche de concertation aboutira à un « livre blanc », qui présentera les contributions des différentes parties prenantes de la révision du PDU et la synthèse des débats qui auront été organisés.

    LE SITE INTERNET

    Le présent site internet évoluera pour entrer dans la phase active de la concertation à la rentrée prochaine. Pendant six semaines, du 7 septembre au 15 octobre 2009, il sera ouvert aux contributions du grand public.

    Chaque semaine sera consacrée à un mode de déplacement particulier : marche, vélo, deux roues motorisé, automobile, transport en commun, transport de marchandises. Chacun pourra alors donner son avis sur les ou les modes de déplacements qui le concernent en répondant à un questionnaire interactif.

    A partir du 7 septembre 2009, un questionnaire interactif sera mis en ligne avec, à l’issue, un tirage au sort pour faire gagner des cadeaux à ceux qui y auront répondu.

    Lien : www.pduidf.fr

     

     

     

  • Appel à témoins ! rentrée scolaire

    Chaque année, la rentrée scolaire fait l'objet de nombreux sujets et reportages dans les médias locaux et nationaux,notamment la rentrée des enfants en situation de handicap.

    La mise en place d'une veille téléphonique scolaire "APF" n'étant pas nécessaire compte-tenu du bon fonctionnement du N° Azur de l'Education Nationale (0810 55 55 00), l'APF ne pourra s'appuyer sur les appels reçus.

    Aussi, en prévision de la rentrée prochaine, l'APF lance un appel à témoins auprès des parents et de leurs enfants - de la maternelle à l'enseignement supérieur.

    Si vous êtes intéressé n'hésitez pas à contacter la délégation du Val d'Oise au 01 30 10 60 60 et nous vous ferons parvenir un exemplaire du questionnaire type.

     

     

     

  • permanence emploi

    PERMANENCE EMPLOI

     

     

     

    A partir du 16 septembre 2009 entre 13h30 et 16h30, Monsieur Fréderic MASSE assurera une permanence « emploi » le 3ème mercredi de chaque mois.

    Si vous êtes une personne en situation de handicap, à la recherche d’un emploi en milieu ordinaire Monsieur Fréderic MASSE pourra répondre à vos questions et vous informer sur l’emploi.

    Nous vous informons que pour bénéficier de ce service, vous devez vous acquitter d’une adhésion à notre association d’un montant de 25 euros ou être à jour de cotisation.

    Si vous êtes intéressé par cette permanence n’hésitez pas à me contacter au 01 30 10 60 64 ou par mail : cadredevie.apf95@yahoo.fr

    Valérie FERRERO

    Chargée de mission

     

  • Débat sur l'application de la loi "handicap"

    Les députés seront-ils plus à la hauteur que le gouvernement et le président de la République ?

     Le 2 juin au soir, aura lieu à l’Assemblée nationale un débat d’initiative parlementaire sur le bilan de l'application de la loi du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. Au lendemain du fameux « lundi de Pentecôte », symbole de la journée de solidarité pour les personnes âgées et handicapées, et un an après la conférence nationale du handicap, l’APF espère que les députés sauront prendre la mesure des réformes à engager, contrairement au gouvernement et au président de la République.

    L’APF tient à souligner qu’elle apprécie la décision parlementaire d’initier un débat sur la loi « handicap » de 2005, décision répondant à l’esprit cette loi et au souhait des personnes en situation de handicap et de leur famille de voir les politiques publiques relatives au handicap évaluées et débattues régulièrement par les parlementaires. Jean-Marie Barbier, le président de l’APF, et une délégation de l’association seront d’ailleurs présents dans l’hémicycle pour assister au débat.

    Journée de solidarité : des lendemains qui déchantent 

    Alors que la mise en place d’une journée de solidarité devait permettre une réelle amélioration dans la prise en charge des surcoûts liés au handicap, l’Etat détourne « légalement » peu à peu les financements issus de cette journée de leur vocation initiale. En effet, il utilise ces fonds pour financer sa politique globale du handicap, empêchant ainsi d’aller vers une compensation intégrale. Et de fait, les améliorations nécessaires demandées (augmentation des tarifs et montants de la prestation de compensation sur les aides techniques, aides humaines gré à gré, augmentation du plafond de financement de l’aménagement du logement et des véhicules, extension de la prestation de compensation aux activités domestiques et à la parentalité) sont sans cesse repoussées à d’éventuelles réformes (5ème risque…) sans répondre aux difficultés quielles sont vécues quotidiennement et depuis trop longtemps !

    Politique du handicap : l’art du discours et du « réchauffé »

    Après la vacuité et les effets d’annonces de la conférence nationale du handicap en juin 2008 et le rapport inconséquent du gouvernement concernant la loi « handicap » en février 2009, l’APF constate que rien n’évolue. Depuis un an, le président de la République et le gouvernement ne cessent de resservir le même discours sur le mode : on s’occupe des personnes en situation de handicap, de l’école pour tous, de l’emploi pour tous aussi… Concrètement : rien à signaler si ce n’est les annonces régulières de création de places et d’augmentation de l’allocation adultes handicapées (AAH), annonces faisant croire – à tort ! - à chaque répétition qu’il s’agit de mesures nouvelles ! En réalité :

    - L’emploi des personnes en situation de handicap est davantage fragilisé avec la crise.

    - Les ressources (AAH, mais aussi pensions d’invalidité, rentes accident du travail…) restent largement en dessous du seuil de pauvreté. La question de l’évaluation de l’employabilité pour les personnes ne pouvant pas travailler est en suspens depuis un an. Le meilleur cumul AAH - emploi est annoncé, mais toujours pas effectif.

    - Les établissements et services médico-sociaux constatent tous les jours une règlementation de plus en plus contraignante et tendant à une tarification basée sur l’activité et contraire à la prise en compte des besoins des personnes.

    - L’accessibilité reste un chantier en friche, l’observatoire « promis » n’est toujours pas mis en place…

    L’APF tient donc à souligner les attentes existantes auprès des députés et le manque d’impulsion politique forte du gouvernement et du président de la République pour mettre en application la loi du 11 février 2005 et définir de nouveaux axes de réforme. L’association rappelle son souhait de voir créer un Haut Commissariat aux situations de handicap rattaché directement auprès du Premier ministre, la mise en place d’une politique transversale effective.