19 juillet 2017

Sept personnes formées à l’assistance sexuelle par les associations CH(s)OSE et Corps solidaires

Sept assistant.e.s sexuel.le.s ont été certifié.e.s ce week-end, à l’issue de plus de 12 mois de formation à l’accompagnement sensuel et l’assistance sexuelle des personnes en situation de handicap. Cette formation, la première certifiante en France, compte 120 heures d’enseignements. Elle a été réalisée par l’association française CH(s)OSE et l’association suisse Corps Solidaires.

Ce sont donc sept personnes, 4 Suisses et 3 Françaises, 1 homme et 6 femmes, qui ont suivi la formation certifiante à l’accompagnement sensuel et l’assistance sexuelle des personnes en situation de handicap. 

Cette formation certifiante a permis aux assistant.e.s sexuel.le.s d’acquérir des connaissances sur les situations de handicap, des éléments de sexologie spécialisée, des informations juridiques, de mener une réflexion éthique et de développer des compétences en approches sensuelles et habiletés sexo-corporelles. 

Le programme compte 120 heures d’enseignements, volontairement répartis sur plus d’une année. Il a été assuré par des assistant.e.s sexuel.le.s certifié.e.s de l’association suisse Corps Solidaires, des professionnels de sexologie, de psychologie et d’éthique. 

Aujourd’hui, ces assistant.e.s sexuel.le.s dûment formé.e.s pourront accompagner les adultes ou les couples bénéficiaires à découvrir leur corps sexué, au service de leur autonomie. 

L'assistance sexuelle vise à prodiguer une attention sensuelle, érotique et/ou sexuelle à une personne en situation de handicap n’ayant pas accès à son corps, ou à permettre, à leur demande, l’acte sexuel à deux personnes qui ne peuvent l’accomplir sans aide. 

Une pratique qui demeure toujours difficile en France puisque la mise en relation entre ces assistant.e.s sexuel.le.s et d’éventuel.le.s bénéficiaires relèverait du proxénétisme, et que les personnes en situation de handicap passeraient pour des clients de prostitution, ce qui est aussi répréhensible en France. 

C’est pourquoi l’association CH(s)OSE demande une exception à la loi se rapportant aux articles du Code pénal qui répriment le proxénétisme, pour que l'assistance sexuelle puisse s’exercer en France dans le cadre d’un service d’accompagnement à la vie sexuelle. En Suisse, comme dans de nombreux pays, l’assistance sexuelle peut se développer légalement. 

Avec cette formation, les associations CH(s)OSE et Corps Solidaires souhaitent apporter des réponses concrètes et adéquates à toutes les personnes en situation de handicap privées d’accessibilité au plaisir corporel sexué.

Téléchargez le communiqué de presse.

formation, assistants, sexuelsAssociation CH(s)OSE : www.chs-ose.org
CH(s)OSE ou « Collectif Handicap et Sexualité OSE » a été créée en janvier 2011 à l’initiative du Collectif Handicaps et Sexualités, co-fondée par des militants individuels et des personnes morales dont l’APF, l’AFM, la CHA et le GIHP. Basée à Paris, CH(s)OSE milite pour un droit effectif à une vie affective, sentimentale et sexuelle des personnes en situation de handicap. Elle interpelle régulièrement les politiques et législateurs français en vue de la création de services d’accompagnement sexuel faisant appel à des assistants sexuels, dûment formés.

formation, assistants, sexuels

Association Corps Solidaires : www.corps-solidaires.ch
Corps Solidaires ou Association suisse romande Assistance Sexuelle et Handicaps, a pour but de promouvoir cette pratique dans l’espace francophone (Suisse romande, France, Belgique…). Ses membres cofondateurs ont été certifiés en assistance sexuelle en 2009 grâce à l’association SEHP (SExualités et Handicaps Pluriels), dont ils sont indépendants. Dans ce cadre, ils ont reçu la transmission de la pratique par Lorenzo Fumagali, assistant sexuel exerçant en Suisse alémanique, lui-même formé par Nina de Vries au sein de l’Institut Handicap et Sexualité de Zurich il y a une douzaine d’années. 

Source : Direction de la communication et du marketing - APF

17 juillet 2017

Pour que la solidarité soit une vraie priorité ...

logo collectif aleerte.JPG

A l'heure où s'ouvrent les discussions sur la programmation des finances publiques, le collectif ALERTE, dont l'APF fait partie, demande à ce que la lutte contre la pauvreté et l'exclusion soit une priorité du nouveau quinquennat.

Déçu et inquiet de l'absence de ce thème dans les discours du président de la République et du Premier ministre, le collectif demande une vision et un plan d'action engageant le gouvernement pour une politique globale, interministérielle, promouvant l'accès de tous aux droits de tous. 

Le collectif ALERTE rappelle qu'il s'agit d'une obligation internationale pour la France, qui a signé les objectifs de développement durable, dont l'éradication de la pauvreté en 2030 est la priorité numéro un. 

Une obligation au cœur de l'actualité internationale, alors que se tient actuellement à l'ONU, le Forum politique de haut niveau sur le développement durable, sur le thème de "l'éradication de la pauvreté et la promotion de la prospérité dans un monde en mutation". 

Téléchargez le communiqué de presse.

Source : www.apf.asso.fr

13 juillet 2017

Participez au projet de loi rétablissant la confiance dans l'action publique !

loi, confiance, action, publique

Alors que la loi visant à rétablir la confiance dans l'action publique est particulièrement attendue, une grande consultation vient d’être lancée sur la plateforme numérique "Parlement & Citoyens", plateforme de l’association du même nom dont l’APF fait partie, afin d’associer les citoyen.ne.s à l’élaboration de cette loi.

Une initiative des sénateurs Joël Labbé et Henri Cabanel qui ont considéré qu’il était inimaginable de tenir les citoyennes et citoyens à l’écart. Ils ont également appelé l’ensemble de leurs collègues parlementaires, et en premier lieu les rapporteurs, à incarner le renouveau des pratiques que porte le texte en associant les citoyens à son élaboration. 

Les citoyen.ne.s sont invité.e.s à enrichir le projet de loi jusqu'au 24 juillet autour des thématiques suivantes : transparence du financement de la vie politique, prévention des conflits d’intérêts, définition d’un statut de l’élu et d’un collaborateur d’élu, exemplarité des responsables publics, et renforcement de la place des citoyens dans la définition de l’action publique. 

La Garde des Sceaux, Madame Belloubet, a confirmé mardi, lors de son audition en Commission des Lois du Sénat, qu’elle était favorable à ce processus consultatif et qu’elle serait donc susceptible d’y participer. 

Téléchargez le communiqué de presse.

Source : www.apf.asso.fr

 

12 juillet 2017

Tension liberté/sécurité des usagers en ESMS* : les pratiques professionnelles bousculées

APF Formation, le centre de formation de l'APF au service des acteurs des secteurs sanitaire et médico-social, organise des journées sur le thème «Tension liberté/sécurité des usagers en ESMS* : les pratiques professionnelles bousculées». 

Ces journées de formation, destinées aux professionnels du secteur médico-social, social et sanitaire, auront lieu : 

Le mardi 12 septembre 
et le mercredi 13 septembre 2017
à l’ASIEM
6 rue Albert de Lapparent
75007 Paris

Durant ces 2 journées, des experts du secteur (médecins, ergothérapeutes, directeurs d’établissements, juristes…) apporteront leurs points de vue sur cette thématique.

* ESMS  : Etablissement et Service Médico-Social

Programme et inscriptions en ligne sur le site d’APF Formation.
Pour lire le communiqué en entier, cliquez ICI.

Source : Direction de la communication et du marketing - APF

11 juillet 2017

De l'eau pour vos maux  !

Couverture-Faire-Face-cures-thermales-et-handicap-FF750.jpg

Faire Face, le bi-media pour mieux vivre le handicap moteur, publie dans son numéro de juillet-août 2017, un dossier relatif aux cures thermales. 

"Plus de 500.000 personnes font une cure chaque année. Pourquoi pas vous ? 

Même si les soins thermaux ne traitent pas la cause des maladies, ils peuvent en diminuer les effets et apaiser les douleurs. 

Affections rhumatologiques, cutanées, maladies métaboliques, troubles circulatoires, respiratoires, du transit ou du sommeil,  ... : le dossier de ce numéro détaille les diverses indications, les bienfaits apportés et dresse un panorama de lieux accessibles. Sans oublier d'indiquer les règles à respecter pour déposer votre demande et les niveaux de remboursement de la Sécurité Sociale ..."

Le numéro complet du Faire-Face de juillet-août 2017 est téléchargeable au prix de 5,70 €. 

Vous pouvez également vous abonner au magazine, au prix de 33 € (un an, 6 numéros). 

Alors, rendez-vous sur www.faire-face.fr.

Source : Edito de Valérie Di Chiappari, Rédactrice en Chef – Faire Face